L’orgue Cavaillé-Coll de l’église Saint Béat d’Epône


L'orgue de l'église St BEAT d'EPÔNE

L’orgue de l’église St BEAT d’EPÔNE

Un orgue conçu pour l’église d’Enghien-les-Bains.

L’orgue  actuellement  présent  dans  l’église  Saint  Béat  d’Epône  a  été fabriqué par   Aristide Cavaillé-Coll et terminé le 16 juin 1878. Cette date est donnée par les archives du facteur par référence au numéro de fabrication, 476, indiqué sur la boîte expressive de l’instrument.

Il est destiné à l’église d’Enghien les bains, comme orgue de chœur. Il est transporté dans cette commune par train (les vignettes de départ (Paris) et d’arrivée (Enghien)  de la compagnie de chemin de fer du Nord sont restées collées sous un réservoir).

La composition de Cavaillé-Coll

Clavier manuel (54 notes) :

  •  Montre                                                     8
  • Bourdon (basse, 24 notes)                    8
  • Flûte harmonique                                   8
  • Voix céleste                                              8’
  • Prestant                                                    4’
  • Doublette                                                  2’
  • Trompette                                                 8’
  • Hautbois (dessus, 30 notes)                 8’

Pédale (20 notes) en tirasse

Pédale de combinaison : appel et renvoi Trompette

Pédale d’expression

Source Jesse ESCHBACH « Aristide Cavaillé Coll
Répertoire des compositions connues d’orgues » Vol 1 Ed française 2005, p 702
 
IMG_1283 
 

Le déplacement à l’église Saint Béat d’Epône

En 1901 ou 1902 un orgue de remplacement, du facteur Joseph Merklin, est construit à Enghien. C’est probablement à cette période que  l’instrument de Cavaillé-Coll sera transporté à l’église Saint Béat d’Epône.

Pour financer le démontage, transport et remontage de l’instrument une collecte publique fut organisée à Epône. La tradition communale rapporte que la châtelaine d’alors mit la différence entre la somme collectée et le coût total.

Lors de ce transfert, diverses modifications ont été réalisées :

1°)  Modification de la composition des jeux : suppression de la doublette 2 pieds par une gambe de 8

2°) Ajout d’un Tremblant. Cette pose impliquait la suppression des dispositifs anti-secousses incompatibles avec le tremblant.

3°) Modification de la commande de boîte expressive comprenant une cuillère remplacée par une bascule.

Ces travaux pourraient être l’œuvre de Merklin, car le Tremblant est, incontestablement de sa facture. C’est probablement lui qui a été chargé du transfert.

La réalisation de ces travaux a nécessité des modifications de la partie bois de la console. Une ouverture a donc été pratiquée en son centre, en partie basse, mais l’endroit choisi ne permettait pas de passer le mécanisme correspondant. Cette ouverture a donc été rebouchée et une deuxième ouverture faite sur la partie droite du bas de la console d’où sortait la pédale à cuillère d’origine.

L’orgue n’a pas connu, par la suite, d’interventions lourdes, jusqu’en 1978-79, date à laquelle a été pratiqué un grand nettoyage.

La restauration de 2008

L’intervention de 2008 représente donc la seule véritable opération de restauration pratiquée sur cet instrument depuis son origine. Elle a été réalisée par le facteur Yvelinois Pierre Maciet.

Elle a essentiellement constitué en une remise en son état d’origine de 1878.

  • Suppression du Tremblant et remise en état du système d’expression par cuillère.
  • Remise en place des dispositifs anti-secousses.
  • Restauration des tuyaux, réfection de soudures faites lors de l’intervention de 1978-79
  • Remise en peau des réservoirs d’air et des gosiers (partie assurant le support entre les réservoirs d’air et le sommier)
  • Restauration de la mécanique (remplacement des écrous cuir, des axes d’équerres…)
  • Restauration du sommier
  • Réfection des boiseries de la console et des éléments disparus du buffet .
  • Remplacement de la ventilation électrique, remise en état de la ventilation manuelle

L’ensemble du chantier de restauration a duré 6 mois (de janvier à juin 2008) et aura nécessité environ 1000h de travail.

L’orgue de l’église Saint Béat d’Epône, d’une bonne qualité technique et acoustique, est à classer dans la catégorie des orgues d’accompagnement. Il comporte 342 tuyaux. Son buffet, de style néo-gothique, en chêne est habituellement considéré comme de belle qualité et de bonne exécution  avec Plates-faces surmontées de gâble à arcature trilobées, ornés de crochets.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s